26 Oct 2012
October 26, 2012

White Horse Hill Weymouth

0 Comment

Quand un enfant est persécuté par ses camarades

Bonjour, ma fille de15 ans en 3 eme subit la harc d une jeune fille qui est suivi par toute la classe , Plusieurs signalement on fait a l lorsqu il y avait des menaces physique , la plus grande crise date de f ou le proviseur avait peur pour ma fille car elle vraiment mise a part de la classe et m quasiment du coll il voulait que je d une main courante pour harc et je n ai pas souhaite le faire Vendredi la jeune fille s est battu avec dans le couloir L apr cette jeune fille a porter une attestation car selon ses dires elle a re 3 coup de compas ferm par ma fille ( ce qui est faux) Avec 3 amis en t bien sur, maintenant c est ma fille qui risque l exclusion d je ne comprends pas et je sais que m si verbalement elle se d je sais que physiquement elle ne le fait pas Nous l d r l infirmerie et une fois a l hospital car elle ne sais pas se d Comment se fait il que le proviseur participe a fille ? Comment la d , c est notre parole contre la leur. Ma fille est tellement d qu elle dit que m si elle passe a c de l exclusion elle ne veut pas retourne a l Sans compte apr que l on aura la plainte a g Je suis perdu, j aurai du faire des mains courantes des qu elle avait un coup et qu elle menac , j ai besoin de conseil

Tsunade, j’espère sincèrement que tu liras un jours ce message.

Sache qu’ils y a plein de personnes qui serais ravie de t’aider et te soutenir, personne dont je fait partie, tu peut compter sur nous pour parler ou juste oublier.

Il faut que tu apprennent a vivre avec pour pouvoir après regardée tes persécuteurs dans les yeux et leur dire ” Je suis toujours la”, tu doit arrêter de survivre et te mettre a vivre, ne pense pas que tu n’est pas fan des bonne chose, tu est fan de ce qui te plait, tu peut mange ce qu’il te plait , rire a ce que tu trouve drôle, t’habillait comme tu le souhaite, vivre ta vie comme tu le veux ne laisse pas les autres décider de qui tu est et soie qui tu veux être, la seule personnes qui peut faire bouger les chose c’est toi et toi seule alors agis reprend ta vie en main dit leur a tous d’aller se faire foutre et surtout n’oublis jamais que c’est TA vie.

je te souhaite tout le bonheur du monde et j’espère sincèrement avoir de tes nouvelle rapidement malgré le retard évident de mon message.

Je viens juste d’arriver sur ce forum un peu par hasard et je viens de voir le message de Tsunade un peu plus bas. un message d’adieu, un message terrible et désespéré !! Je prends clairement ça pour un message de suicide.

Il date de vendredi 31 Aout 2012.

A part Senseï, il n’y a pas eu d’autre réaction.

a fait bien 7 mois maintenant qu’elle a posté cela. Je ne sais pas si on peut prévenir la police où une instance de ce genre pour un message sur le net et après tant de temps. J’espère qu’à l’heure d’aujourd’hui elle n’est pas passé à l’acte.

Tsunade j’espère que tu vas bien

Je suis ath part tous ces t de pers , j 56 ans j connu cela l primaire un gar n pas de se moquer de moi , j 10 , 11 ans l et je ne disais rien et un beau jour je lui ai coll mon point dans la figure , l qui me disait ” arr , arr ! je pense que je l , d qu la maison avec le remariage de mon p , ma m morte j 5 ans , une belle m acariatre , vous imaginez que cela a la goute d , il n jamais recommenc ,j ris aujourd , je luis avais mis une sacr rouste, cela restait limit cette je pense que la m a chang de visage , c quand m aux parents leurs rejetons dans le respect de l et s peuvent rajouter l ce serait merveilleux. et comme certaine d vous, des moqueries longueur de journ des coups, une mise l syst des crises de nerf, des pleurs en rentrant la maison tous les soirs. je me cachais pendant les r les cours de sport devenus un vrai calvaire (si j pu dispens cette J chang de coll une premi fois pour d ma 5 avec un passage de justesse. Le coll plusieurs km de l toujours en campagne. J donc chang encore une fois de coll : nous avons d dans une grande ville, et mon nouveau coll se trouvait une ZEP. C la que les choses ont commenc s : je suis devenue d de classe, et gr mon redoublement, mes r scolaires bons. C des classes de niveaux, celui de la mienne assez bas. je me suis retrouv avec des camarades en difficult personnelles ou scolaires, et mon complexe d a presque disparu jusqu lyc j pu apprendre sereinement avec mes camarades. J finis le coll le lyc en ayant jamais beaucoup de copines, mais assez pour trouver un Mon plus grand r pendant ces ann difficiles de devenir adulte, maintenant j grandi, et enfin je peux exister en ma mes choix, et non plus travers le regard n des autres. J 28 ans, j beaucoup voyag l ce qui me permet maintenant de travailler en tant que Commerciale Export, l J beaucoup d rencontr partir de 19 ans (ann que j “l de ma naissance”), je viens de me marier homme formidable. Je m donc tous les pr ou ados qui vivent en ce moment ce que j v Ne laissez pas les autres vous faire croire que vous moins bien qu bourreaux ont certainement un complexe d encore plus grand que le votre pour r comme ca. Vous avez des nombreuses qualit des passions en dehors de l probablement, alors profitez de votre temps libre pour vous inscrire des activit ou la vous vous ferez des amis je n doute pas. Laissez vous le temps de grandir et de prendre votre envol, le monde des adultes n pas tout rose mais au moins vous d de votre entourage proche et de votre vie. Pour ca il faut avoir des bons r scolaires, et finalement c le sens de l apprendre. Si c refaire, je me serais concentr sur mes devoirs d la 6 ca m prouv que je n pas moins intelligente que les autres. Plein de courage vous pour maintenant et pour l Florence

Je suis seul, je n’ai plus aucun veritable ami, j’en avait une, je ne pouvais pas me passer d’elle, mais elle aussi ma laisser tomber car elle a trouver mieux ailleurs, je ne suis pas fan des bonne chose, je ne mange pas les bonne chose, je ne rie pas au bonne chose, je ne dit pas les bonne chose, je ne m’habille pas avec les bon vêtement, je ne suis pas jolie, je ne suis pas assez minces, rien de se que je ne fait ne plait au autre, tout se que je gagne a rester moi même c des insultes au détour de couloirs, des bousculade et des moqueries, quand je suis comme eux les gens m’ignors, ils me détéste et je le sen, rien de se que je ne fait ne les satisfaits, je ne veux pas me fondre et devenir l’archetype d’une adolecente normal en crise entourer d’une trantaines d’amis tout aussi focus les uns des autres, je veux rester moi même, mais je suis différente donc je ne plaît pas, ma famille ne m’aime pas, ma famille ma enlever mon chien et la fait piquer, je n’ai plus rien a quoi me racrocher, en primaire j’ai été persecuter, j’avais une amie elle ma trahie alors j’ai a mon tour persecuter pour me vanger elle a fait de ma vie un enfer pendant des année et je lui ai bien rendu, elle l’a regreter a l’instant ou je me suis dresser contre elle, j’ai été le bouc emissaire de mes ”amies” toute mon enfance, j’ai été dans une école catholique et ca n’a fait qu’empirer, les élèves était des monstres, rare etait les eleves gentils avec moi, au collège rien n’a été en s’arrengant, mon sac se retrouvait vider au mileu de la cours par mes ”amies” chouter a coup de pied et eparpiller ici et la, je me prennais des claque par elles, elle me tirai les cheveux et s’amusai a amener des amie pour qu’il se moque de moi, mes affaire se retrouvais dans la poubelle quand je sortait de la salle a la demande d’un prefesseur, ma mère de ma jamais cru, mon frère était present mais n’a jamais rien fait a par rire de moi avec ses amis, Je pense souvent au suicide, mais l’enfer m’attend après si je mis risque, je ne veux pas mourire pour quitter une vie horrible pour subire pire après, mais cela et si tentant, presque toute ma famille devra y allez pour leur tentative je pense, mon père ma abandoner et me détéste car je ne suis pas comme il le voudrais, d’apres une amie j’ai été atoucher dans ma jeunesse mais je pense quel se trompe, ca de devais pas étre ca, j’ai envie de mourire, je vais mourire.

Je poste se message car je m’en vais, peu être que rien ne m’attend, j’ai 17ans je suis une fille et je veux mourire.

Adieu a ceux qui liron se message

Notre fille de 14 ans en 3 eme dans un collège de bonne réputation, se voit persécuté par deux de ses copines.

Je l’ai remarqué car au lieu de prendre le bus de 17h pour entrer à la maison elle prend celui de 18h ??

Elle n’a plus le courage et la tranquilité de bien travailler, et ses résultats sont à la baisses.

Pendant ces vacances où le besoin de repos est important, elle pleure tous les jours, mes questions ont fait que j’ai remarqué des envoies de SMS sur son portable de ses deux copines en l’attaquant avec des propos discriminatoires sur sa tenue vestimentaire, ou son comportement au collège qui ne correspond pas à ce que ces copines veulent voire ?? Mon conseil a été de garder le silence, mais de nouveau des SMS pour lui dire qu’elles sont heureuses de ne plus avoir de ses nouvelles, et que si elle est malade elles en sont heureuses !!!

Je ne sais plus quoi faire ?? allez voir les parents (représentant légal de ces filles) ou à la police pour que ma fille puisse vivre en paix ??

Elle est très sensible, et entre nous, j’ai peur qu’elle ne prenne une décision de fugue ou encore pire, nous l’aidons ma femme et moi, mais je crois avoir besoin d’aide, nous sommes perdus devant cette cruauté, en étant surpris de devoir la vivre un jour. Il y a environ une semaine j’ai éter enfermer dans les toilette des fille pendant pres de 3h, les fille qui mon fait ca on jeter mes affaire dans le lavabo et on mi l’eau a fond mes livre son tous bon pour la poubelle, elles mon lancer un sau d’eau apres mavoir “jeter” dans une des cabine des toilettes et on rigoler en me traitan de grosse vache qui ferait mieu de disparaitre pour toujour, je n’ai pas pleurer j’ai encaisser sans un mot, elle mon demander si j’avait perdu ma langue en me tiran les cheuveux et j’ai juste souri en leur disant quel me fesai pitier, elle on reculer et apres cet regarder mon frapper leur “chef” a pris le balai et a bloquer la porte puis elle son parti, j’ai du supplier la femme de menage qui ma trouver de ne rien dire. se n’aurai fait que agraver les chose de toute facon, je sui differente des adolecente de mon age d’apres ma famille, je ne sort pas aussi souvent que les autre fille, je ne met pas de mini jupe ni de décolter, je n’écoute pas du tout la meme musique qu’eux ni rien, la seul chose qui “aporte un rayon de soleil” dans ma vie chaque jour c’et mon petit copain depuis 2ans, il et genial avec moi, attentioner et m’aime vraiment, il et jaloux se qui le ren encor plus mignon, mais il ignorai tout de mon calvaire jusqu’a il y a deux semaine, pour ne pas inquieter mes parent je lui ai demander de venir me chercher devant le lycée car la femme de ménage ne voulai pas me laisser rentrer seul, j’ai fondu en larme a peine j’ai vu son regard se poser choquer sur moi, il culpabilise de n’avoir rien vu et j’ai du lui crier dessu pour qu’il calme toute ses menace qu’il prometai enver “ces gens” je ne crie jamais donc cela la fait tair il ma prise dans ses bras et ma reconforter j’ai pleurer “toute les larme de mon corp” quand il ma dit qu’il m’aimai il ma ramener chez ses parents qui n’était pas la. il ma laisser ca chambre et a dormie dans le salon (les asiatique toujour aussi pudique x3). quoi qu’il en soit, je vie ses chose depui ma troisiéme annee de college donc a tout ceux qui sont percecuter ne vous laisser pas abatre et ne lacher rien ne les laisser pas gagner ni leur montrer qu’il sont plus fort que vous. AABBAA LAA PEERCEECUTIONN !!!!!!!!!!!!!!!

Un peu par hasard, je suis tombée sur cette page et j’ai trouvé le commentaire que j’y avais laissé. Les messages qu’on m’a adressé m’ont fait chaud au coeur et je me suis dit qu’il serait bien de pouvoir donner de mes nouvelles.

Je vais mieux. Je n’ai pas consulté de psy, ni demandé de l’aide à quiconque : je me suis relevée parce que je me suis dit “est ce qu’ils méritent que tu t’enfonces de cette manière ?”. Ca n’a pas été simple : je me suis scarifiée, enfermée dans le silence et dans mes pensées, j’ai évité le contact des autres et le simple fait d’aller à l’extérieur. Il m’a fallu du temps et je pense que le fait d’avoir quitté certaines de mes soi disant amies, qui ne cessaient de me reprocher d’obtenir des bonnes notes sans fournir un travail très conséquent, au point de me culpabiliser, m’a grandement aidée.

Aujourd’hui, je suis en classe prépa littéraire, en première année. Mes résultats ont chuté, des profs veulent me faire virer sous prétexte d’une insolence que je n’ai jamais manifesté (et d’autres élèves peuvent en témoigner), mais je relativise totalement. Le déclic s’est fait il y a peu, je ne sais pas trop de quelle manière, mais il s’est fait. Je suis heureuse, malgré cette année d’études quelque peu foirée et une cohabitation forcée avec une majorité d’élèves trop élitistes à mon goût. Je pense que le fait d’avoir trouvé un but m’a grandement aidé, bien qu’il soit très flou : je veux travailler auprès des livres. Et je veux continuer à écrire, aussi. Ecrire mes livres, mes fanfictions.

Je pense que cette passion m’a aussi aidé à m’en sortir. L’imagination m’a permis de fuir un peu tout cela et d’adopter un point de vue un peu décalé, différent sur le monde qui m’entourait. Je sais à quel point cela est dur, j’ai été confrontée à la persécution et il m’a fallu longtemps avant de parvenir à m’en sortir, mais aujourd’hui, je suis fière de déclarer que je peux regarder mes persécuteurs dans les yeux, leur serrer la main ou leur faire la bise et leur pardonner. Dites vous que l’école n’est pas tout, elle n’a rien d’un but, ce n’est qu’une étape. Concentrez vous sur les moments heureux car il y en a forcément eu, fussent ils discrets. Permettez à votre esprit de s’échapper, mais restez physiquement présent. Que, une fois tout cela fini, vous puissiez vous dire : je l’ai affronté.

Si vous estimez avoir besoin d’aide, cela n’a rien d’une honte. C’est normal. Nous sommes humains, nous avons nos forces, nos faiblesses.

Avoir choisi de m’en sortir toute seule était aussi une faiblesse de ma part : j’avais peur de m’attirer d’autres problèmes, peur qu’ils ne rejaillissent sur ma famille. C’était de la pure lâcheté, mais une lâcheté qui m’a été bénéfique, d’une certaine façon. Cependant, si vous trouvez le courage d’en parler autour de vous, je pense que c’est une bonne chose, peut être meilleure.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>